Maillot extérieur om 2024

Pendant cette saison, l’Olympique de Marseille plie notamment deux fois face aux Lavallois. Fantastique. Je ne crois pas trop exagérer en disant que c’est lui qui nous a tenu le match pendant le dernier quart d’heure. La montée en 2e division : « Entraîneurs : Là, pas de problèmes, le Stade a la chance d’avoir un solide noyau de moniteurs et d’animateurs bien groupés autour de Michel Le Millinaire qui est pour nous l’entraîneur type, à la fois ferme et bon, mais surtout excellent pédagogue. Cela n’empêche pas Henri Bisson, avec le consentement spontané de Michel Le Milinaire, de l’engager, refusant de s’arrêter à ces considérations extra-sportives. ASSE, champion de France ces deux années-là. Il voit son temps de jeu augmenter et il est alors appelé en équipe de France juniors par Henri Guérin. Premier véritable test de la préparation, Jérôme Arpinon aligne une équipe très proche de ce qui sera certainement l’équipe-type des Gardois cette saison. Parallèlement, les Tango réussissent une saison 1983-1984 honorable, terminant à la 11e place après avoir évolué la majorité de la saison en première partie de tableau. Il fait partie de la génération ayant remporté la Coupe de la Ligue en 2001, les sept titres consécutifs de Champion de France et la Coupe de France. 19 novembre : Jean Snella, entraîneur français, triple champion de France avec l’AS Saint-Étienne. Le club a disputé en 2016-2017 la première saison de son histoire à l’issue de laquelle il a été sacré Champion du Sénégal. Le Milinaire obtient dès sa première saison le titre de champion du groupe Ouest de CFA. Malgré les malheurs qui s’abattent sur les joueurs de Michel Le Milinaire et la crainte des supporters, le Stade lavallois assure l’essentiel lors de la saison 1978-1979 en conservant sa place dans l’élite.

En mars 1986, on annonce chercher à trouver un nouveau sponsor, faute de quoi le Stade lavallois devra se séparer de plusieurs jeunes issus du centre de formation et dont le premier contrat professionnel (de quatre ans) est arrivé à terme : Thierry Goudet, Michel Sorin, Loic Pérard. Vainqueurs le 3 juin 1976 au stade Bauer (1-0, but de Bonnec) puis le 11 juin 1976 au stade Francis-Le-Basser (2-1, buts de Smerecki et Bonnec), les joueurs obtiennent leur promotion, avec une réserve : celle d’adopter le statut professionnel. Malgré des moyens financiers relativement faibles par rapport à ses concurrents, le club navigue toute la saison dans la première moitié du classement et termine à une très inattendue cinquième place, avec 44 points et 49 buts marqués (dont 18 par le seul Uwe Krause). Malgré tout, le Stade lavallois termine la saison à la dixième place, devant des clubs comme le PSG, Lyon ou encore Bordeaux. Les joueurs lavallois poursuivent leur progression lors des saisons suivantes, assurant chaque saison un maintien confortable malgré le resserrement du championnat de 48 à 36 équipes. Cette même année, un appel d’offres pour quatre saisons est lancé par la Ligue. Il est le premier entraîneur de l’histoire à atteindre deux saisons de suite la finale de la Ligue des champions avec deux clubs différents. Ligue des champions de l’UEFA, demi-finale aller : à Santiago Bernabéu, le FC Barcelone s’impose 2-0 sur le Real Madrid, avec un doublé de Lionel Messi. Défaits 2-0 en Autriche, ils mènent 3-0 à la mi-temps du match retour à Laval. Face à Clermont à domicile, c’est un cinquième match sans victoire consécutif qui se déroule et qui aurait bien pu être la seconde défaite de la saison car les Auvergnats menaient 2-0 à la pause avant deux buts messins en fin de match pour arracher le point du nul.

Enfin une victoire pour l’ASSE dans ce championnat. À l’issue de la saison suivante, terminée à la 4e place, une réforme des championnats français permet au SL d’intégrer le groupe Centre de Division 2. La montée du club dans la nouvelle deuxième division fait l’objet de nombreuses discussions tant au comité directeur du Stade Lavallois qu’à la Commission de Football. Lors de la saison 1980-81, le Stade lavallois passe bien près de la descente : relégable de la fin de l’automne à l’avant-dernière journée, le club termine finalement seizième et ne se maintient qu’à la différence de buts. Lors de la saison 1981-82, le Stade lavallois n’en finit pas d’étonner. Les deux hommes vont changer à jamais la structure du Stade lavallois et mener le club amateur jusqu’à la coupe d’Europe. Amateur ? Professionnel ? À partir de 1948, le club joue dans le championnat amateur. Le 4 octobre, le Raja reçoit la Renaissance de Berkane, troisième du classement, lors d’un match décisif comptant pour la 28e journée du championnat. Journée 17 21/02/15 18h00 AJ Auxerre rés. Après un début de saison difficile (trois matchs et trois défaites), dont une première défaite à Bastia (1-3), nouveau maillot lens une première victoire lors de la 4e journée contre le Paris SG (2-1) lance l’équipe. En plus des footballeurs professionnels arrivés au mois de juillet 1976, des anciens Stadistes restés dans l’effectif comme amateurs prennent une part prépondérante dans le bon comportement de l’équipe : Alain Desgages, Roger Bertin, Jacques Lhuissier ou encore André Clair. En 2015, l’équipe réussit son 5e doublé Coupe-Championnat, et 4e consécutif, mais a vu sa route en Ligue des champions se terminer en huitième de finale, éliminée par le PSG 1 à 0. En championnat, elles gagnent leurs 22 matchs, pour un record de buts marqués (147 et meilleure attaque), et six buts encaissés (meilleure défense).

Début décembre, devant 20 024 spectateurs, les Tango se jouent des mythiques Verts de l’AS Saint-Étienne (3-1), champions en titre, grâce à un triplé de Jacky Vergnes. En mauvaise posture, les Franciliens repartent de l’avant grâce à trois victoires en phase retour dont une nouvelle victoire par 2 buts d’écart sur la pelouse d’Old Trafford (1-3). En championnat, cela devient toutefois plus compliqué, le PSG se retrouve 3e du classement à la trêve. Il faut une certaine continuité, une présence et une disponibilité. Il n’y a que trois salariés : une femme de ménage, une dactylo, et un employé aux écritures. Comme l’an dernier, le Mali sort le pays hôte aux tirs au but lors du quart de finale. Le club doit notamment son redressement aux 23 buts d’Uwe Krause, un avant centre allemand vivement recommandé par l’ancien lavallois Georg Tripp. Après un départ complètement manqué (le club est 19e après sept journées), les Lavallois opèrent un formidable redressement de situation et terminent finalement à la douzième place au terme du championnat, maillot ajaccio qui leur assure un nouveau maintien. Ce nouveau sponsor, les deux coprésidents, Louis Béchu et Paul Lépine, pensent l’avoir trouvé en la personne de Daniel Hechter. Les réticents sont nombreux : le vice-président du club, l’entraîneur, plusieurs joueurs, le maire de la ville en personne sont opposés à la montée de Laval en première division. La deuxième saison du club en première division démarre remarquablement puisqu’au bout de huit matches, les Mayennais sont troisièmes, à trois points des deux premiers.